Skip to content Skip to footer

Un artiste, une île

En s’installant à La Réunion, pour éviter de se couper du monde de l’art, Vincent Mengin-Lecreulx a voulu partager son aventure avec d’autres artistes en construisant une résidence d’artiste équipée de nombreux ateliers afin de les accueillir dans les meilleures conditions possibles. Les 27 premiers artistes venus au LAC entre 1988 à 1999, ont participé à l’œuvre monumentale conçue et fabriquée par Vincent Mengin-Lecreulx « Le Palais aux 7 Portes ».

Jusqu’en 2018, plus de cinquante artistes contemporains sont venus travailler et exposer au Lieu d’Art Contemporain de La Réunion. Il n’y a pas de hit-parade au programme des résidences d’artistes ni de surenchère à la notoriété. Le choix des artistes se fait au fur et à mesure que le projet se développe, il tient compte de diversifier les approches artistiques comme les générations

Aujourd’hui les invitations d’artistes en résidences sont terminées car Vincent se consacre uniquement à son œuvre. Néanmoins, il n’exclue pas d’inviter des écrivains ou des critiques d’art pour témoigner de toute cette histoire.

Roselyne Mengin-Lecreulx gère à la fois sa maison et les résidences d’artistes.

 

INAUGURATION, le 4 octobre 1987

Inauguration officielle de la Résidence d’artistes en présence de Madame Chirac et de Monsieur Michel Debré, accompagnés de Monsieur Anciaux, Préfet de La Réunion.

De nombreux artistes reconnus de tous vont venir séjourner, travailler et exposer au Lieu Art Contemporain de La Réunion.

Chaque résidence sera l’occasion de confrontations avec de jeunes artistes autodidactes réunionnais soutenus par le LAC. Parallèlement un travail d’édition de lithographies est engagé ainsi que la publication de catalogues. 

Roselyne et Vincent Mengin-Lecreulx entourés de Bernadette Chirac et Michel Debré.

 

MICHEL TROCHE

Michel Troche, Inspecteur général à la Délégation aux arts plastiques et conseiller du Ministre de la Culture, fut le premier des représentants de l’État à reconnaître l’originalité de ce qui naissait au LAC de La Réunion. L’amitié fut immédiate et une réelle confiance s’installa entre le représentant de l’ETAT, venu à La Réunion pour y installer le tout nouveau FRAC, et la famille Mengin. Ici il se contente de déboucher les bouteilles entouré de l’ancienne conservatrice du Musée Léon Diex, du couple Mengin et de l’ancien directeur de la toute neuve DRAC Réunion.

Ici Michel Troche se contente de déboucher les bouteilles, entouré de l’ancienne conservatrice du Musée Léon Diex, Suzanne Greffet-Kendig, du couple Roselyne et Vincent Mengin-Lecreulx et de l’ancien directeur de la toute récente DRAC Réunion, Yves Drouet.

 

JACQUES POLI

Résidences au LAC en 1988 et 1994

Vincent Mengin-Lecreulx, autodidacte assumé, a rencontré Jacques Poli, artiste et professeur aux Beaux Art de Rouen dans une imprimerie parisienne de lithographies. Poli s’est vu être le premier à inaugurer réellement la Résidence d’artistes du LAC en 1988. Il a aussi le premier a investir le quart de porte de la chambre.

Très étonné et séduit par la générosité du lieu par l’accueil de la famille Mengin, Jacques Poli, de retour à Paris, a largement diffuser dans le milieu de l’art, la possibilité de résidences de rêve à La Réunion dans des conditions de rigueur professionnelle indiscutable. 

Attention, on n’est pas en vacances, loin de là. Ici, ça bosse dur sous le soleil…

Jacques Poli reviendra en 1994, repeindra par dessus sa propre porte, jugeant que la première intervention n’était pas à la hauteur de l’ambition du projet de VML, à savoir, construire un Musée autour des 7 portes de la Résidence d’artistes.

Jacques Poli peint une série de hublots sur métal.

 

ERRÓ

Résidences au LAC en 1988, 1998, 2002, 2004 et 2007

Le couple Mengin a visité l’atelier de Errô qui a été très intrigué par la naïveté et la simplicité de la proposition de résidence à l’autre bout de la Terre. Il accepta immédiatement avec cette simple remarque d’un grand voyageur : « La Réunion est sur ma route… »

Cette rencontre fut le début d’une grande amitié et complicité entre les deux artistes, l’un mondialement connu et reconnu, l’autre bien camouflé dans une petit île de l’Océan Indien. 

Ils ont développé des projets communs ambitieux tel que Mille Masques ou la Crucifixion du peintre laissant ainsi une empreinte forte et indélébile dans l’histoire de l’art à La Réunion mais aussi bien au delà.

Erró à la fenêtre de l’atelier à l’étage de la Résidence d’artistes.

 

NILS-UDO

Résidences au LAC en 1990, 1991, 1998, 2001, 2003, 2004, 2006 et 2008

Nils-Udo, précurseur du Land Art, ne s’est jamais confronté à la végétation tropicale de l’hémisphère Sud. Cette passionnante découverte fera l’objet de nombreuses œuvres in-situ et le volcan de la Fournaise sera la nouvelle inspiration de ses très nombreuses résidences au LAC. Là encore, c’est l’amitié qui anime ses résidences familiales.

Nils-Udo signe et numérote le tirage de 8 dvd du film coréalisé avec Vincent : « La mer ».

 

CHRISTIAN JACCARD

Résidences au LAC en 1989, 1995, 2005, 2007 et 2016

Jacques Poli a fortement favorisé la rencontre entre Christian Jaccard et Vincent Mengin.
Les deux artistes partagent une vision très ambitieuse de la définition de l’art et réaliseront de nombreux projets ensemble. La Case à Outils ponctue cette complicité et correspond aussi à la dernière résidence d’artiste organisée par la famille Mengin. Jaccard a conçu et fabriqué tous les outils pendant que Mengin dessinait l’architecture et construisait le bâtiment.

Christian Jaccard peint son œuvre « La conversation créole » avant de l’installer dans sa pièce du Palais aux 7 Portes.

 

SABINE WEISS

Résidences au LAC en 1992 et 1998

C’est la première femme invitée en résidence au LAC. Le projet de photographier l’identité de La Réunion à travers ses habitant a tout de suite trouvé un écho chez les Mengin. Une grande affection les unisse et un beau livre est née de cette belle résidence. Elle reviendra en 1998 accompagnée de Hugh Weiss pour qu’ils investissent leurs pièces au Palais aux 7 Portes.  

Sabine Weiss regarde organise sur une table lumineuse le diaporama de sa pièce du P7P.

 

YANN DUGAIN

Résidences au LAC en 1987, 1988, 1990, 1991, 1997, et 2002

Vincent Mengin-Lecreulx a croisé Yann Dugain à Paris dans une imprimerie de lithographie dans laquelle il travaillait épisodiquement comme lithographe. VML l’a invité à La Réunion en 1987, avant d’avoir fini la construction de la Résidence d’artiste et a réalisé son affiche lithographique dans la foulée. Yan Dugain, appréciant vraisemblablement l’accueil des Mengin, viendra 6 fois au LAC.

Yann Dugain inaugure le jardin de sculptures du LAC en y installant sa première sculpture de cette taille.

 

ERIC DIETMAN

Résidences au LAC en 1995 et 2000

L’artiste suédois Erik Dietman est venu en résidence au LAC dans le cadre d’une convention signée avec la ville de Saint-Pierre. Lorsque l’on croisait les 2 artistes, Mengin et Dietman, on les prenait souvent pour des frères. Erik pesait ses 130 kilos et VML qui en arrêtant de fumer ses 4 paquets de gauloises quotidiennes depuis la naissance de Pablo en 1983, avait doublé de volume pour atteindre le quintal. Il avait la désagréable impression de croiser un gros inconnu lorsqu’il passait devant un miroir. Dietman reviendra en 2000 pour installer sa pièce au Palais aux 7 Portes. Il mourra en 2002.

Dietman a réalisé sa série de sculptures « Les injures » chez un fondeur artisanal de marmites créoles, voisin du LAC.

 

FRANCOIS MARTIN

Résidences au LAC en 1990, 1997, 2001 et 2006

François Martin est un artiste nomade qui s’adapte rapidement à un lieu de résidence. Comme à tous les artistes invités, Vincent Mengin-Lecreulx lui a demandé de faire des projets artistiques impliquant des élèves, des collégiens et des lycéens, la passerelle avec l’école étant pour VML une priorité. François appréciait visiblement l’hospitalité de la famille Mengin.

François Martin a fabriqué un tampon pour marquer son intervention aux collèges de la Ravine des Cabris et de Bois d’Olives.

 

 

JEAN-LOUIS VILA

Résidences au LAC en 1992, 1995 et 2008

Là aussi, une certaine complicité mélée d’affection ont été le moteur de ces résidence et des projets où l’école n’est jamais bien loin.

Jean-Louis Vila découvre qu’un régime de bananes est plus lourd qu’un pinceau.

 

FRANCOIS ARNAL

Résidences au LAC en 1992 et 1998

François Arnal est venu au LAC en 1992 et en 1998 pour aménager sa pièce du Palais aux 7 Portes.

François Arnal improvise à la fonderie d’aluminium ses signes abstraits qu’il installera dans sa pièce du P7P : « Le trésor des Meeps ».

 

CLAUDE VISEUX

Résidences au LAC en 1990 et 1997

Le premier sculpteur à être invité au LAC pour poursuivre ainsi le jardin de sculptures démarré par Vincent avec ses premiers « arbres à pneus » en y déposant sa première œuvre.

Il reviendra pour installer sa pièce au Palais aux 7 Portes. Il a laissé quelques œuvres importantes dans le jardin de sculptures du LAC.

Claude Viseux découpe le patron de la sculpture « Le conte de l’île » qu’il va installer dans son cénotaphe du Palais aux 7 portes.

 

CHRISTIAN BOUILLÉ

Résidences au LAC en 1989 et 1998

Christian Bouillé et Vincent Mengin-Lecreulx s’entendaient très bien, peut-être parce qu’ils sont tous deux nés en 1948. Bouillé reviendra pour réaliser sa pièce au P7P.

Malheureusement, il se suicidera par pendaison dans son atelier en juillet 2005. 

Christian Bouillé dessine devant des collégiens invités à le rencontrer au LAC.

 

HUGUE WEISS

Résidences au LAC en 1992 et 1998

Hugh Weiss a suivi son épouse, une fois n’est pas coutume, qui a été invité en résidence pour faire un portrait photographique de La Réunion. Il reviendra à nouveau avec elle pour installer sa pièce qui voisine celle de Sabine. Un vrai couple…

Hugh Weiss peint dans le jardin les poissons en tissus qu’il va installer dans sa pièce du P7P : « La révolte dérisoire des poissons ».

 

VLADIMIR VELICKOVIC

Résidence au LAC en 1991

Vincent adolescent portait une admiration sans borne au travail de Vladimir Vélickovic. C’est avec une certaine jubilation qu’ii l’a invité au LAC en 1991. Par la suite, Vlada a confié à Vincent les dessins précis de son projet pour sa pièce du Palais aux 7 Portes. VML a réalisé les pièces métalliques en faisant participer les élèves d’un lycée professionnel tout en restant en étroite communication avec Vélickovic qui a validé l’œuvre final. 

Ce dernier est mort en 2019.

Vladimir Vélickovic entouré des enfants espiègles de Roselyne et Vincent.

 

GERARD SCHLOSSER

Résidence au LAC en 1991

Vincent Mengin-Lecreulx a croisé Gérard Schlosser dans une foire d’art contemporain au Grand palais à Paris. L’invitation était lancée.

Gérard Schlosseur et son épouse Jacqueline découvre avec curiosité un petit Jacques.

 

GERARDDIAZ

Résidence au LAC en 1987

C’est Jacques Poli qui à présenté à Vincent son ami et collègue aux Beaux Arts de Rouen Gerarddiaz. Cette résidence a eu lieu avant que le bâtiment soit terminé. Par la suite Gerarddiaz a peint une toile aux dimensions de sa porte et communiqué à Vincent Mengin-Lecreulx les indications précises pour réaliser sa pièce au P7P : « La maison dorée ».

Gérarddiaz dans son atelier parisien.

 

MARK BRUSSE

Résidences au LAC en 1990, 2002 en 2011

Mark Brusse, chaudement recommandé par Errô, est venu une première fois au LAC de La Réunion en 1990. Il y reviendra en 2002 pour réaliser sa pièce au P7P, puis en 2011 pour une dernière résidence durant laquelle il a expérimenté un travail photographique.

Mark Brusse découvre le volcan de la Fournaise au Nez de Bœuf.

 

BERNARD RANCILLAC

Résidences au LAC en 1992 et 1998

Vincent visite l’atelier de Bernard Rancillac et décide de l’inviter en résidence au LAC.
En 1998, Rancillac revient à La Réunion et installe sa pièce au Palais aux 7 Portes.

Bernard Rancillac à Paris lors de la projection d’un film de Vincent Mengin-Lecreulx.

 

PETER KLASEN

Résidence au LAC en 1993

Durant son unique résidence au LAC, Peter Klasen conçoit et réalise spécialement des tableaux sur tôles prêt à être accrochés, selon ses indications très précises, dans sa pièce du P7P « 974 ».

Peter Klasen dans son atelier de Vincennes retrouve Pablo Mengin, qui a bien grandit.

 

JAN VOSS

Résidence au LAC en 1994

Jan Voss réalise 2 grandes sculptures et des gravures sur bois durant sa résidence à La Réunion. Il réserve une des 2 œuvres pour sa future pièce au Palais aux 7 Portes qui n’est alors qu’un projet dans la tête de Vincent Mengin-Lecreulx.

Jan Voss surveille l’encrage des ses gravures sur bois dans l’atelier de lithographie du LAC.

 

JOËL KERMARREC

Résidence au LAC en 1994

Joël Kermarrec réalise toute sa pièce du projet P7P lors de son unique résidence au LAC.

3 grands dessins sur la famille Mengin et des sculptures en bois que Vincent installera 6 ans plus tard en respectant scrupuleusement les indications précises de Kermarrec.

Joël Kermarrec sculpte un personnage pour sa future pièce du P7P.

 

HERVE DI ROSA

Résidences au LAC en 1996, 1998 et 2009

Hervé Di Rosa vient en résidence en force, accompagné de sa femme et ses enfants. Cela correspond bien à l’esprit de l’accueil familiale des Mengin.

En 1998 il revient installer son « Cabinet de curiosités » au Palais aux 7 Portes.
Il reviendra en 2009, 11 ans plus tard pour le compléter et l’enrichir.

Normalement les pièces du P7P, une fois déclarées finies, sont sacralisées et personne ne peut les modifier. Seul Hervé Di Rosa a l’autorisation de poursuivre l’élaboration de sa pièce, car il s’agit d’un cabinet de curiosités qui peut donc s’enrichir jusqu’à la disparition de son auteur. Par contre, Vincent Mengin-Lecreulx étant l’auteur de l’ensemble du Palais aux 7 Portes, s’il meurt avant Di Rosa, ce dernier ne peut plus intervenir dans le P7P.

Hervé Di Rosa installe dans son « Cabinet de curiosités » du P7P le train en bois que le père de Vincent Mengin-Lecreulx avait fabriqué il y a bien longtemps.

 

WILLEM

Résidence d’artiste en 1999

Willem, pilier du journal Hara Kiri, fait parti des héros qui ont alimenté l’imaginaire de Vincent adolescent, accompagnant pêle-mêle les catcheurs mythiques tel que l’Ange Blanc indissociable du Bourreau de Béthune, Jean-Luc Godard, Eddy Mitchell, Jérôme Bosch, les Pieds Nickelés, Salvador Dali et quelques autres.

Autan dire que cette résidence avait surtout un sens symbolique.

Willem récupère des troncs d’arbre pour sculpter les langues de bois se sa pièce du P7P : « Aucune langue n’est étrangère ».

 

BOB VERSCHUEREN

Résidences au LAC en 1999 et 2000

C’est Nils-Udo qui a recommandé Bob à Vincent. Cet artiste proche du Land art est revenu en 2000 pour fabriquer sa pièce au Palais aux 7 Portes.

Bob adore manger des bananes dans la Chapelle Mengin…

 

JEAN-BERNARD GRONDIN

Vincent Mengin-Lecreulx a constitué un groupe de jeunes prétendants artistes réunionnais en 1990 : « Histoires à suivre » Jean Bernard Grondin est un des survivants de cet expérience inédite.

Il sera invité par VML à investir une des pièces du P7P.

Jean-Bernard Grondin est postier comme le Facteur Cheval, ce qui ne l’empêche pas de détourner des sacs postaux.

 

ALIX POTHIN

Alix Pothin est aussi un ancien membre du groupe « Histoires à suivre » et lui aussi a été convié à occuper la pièce faisant face à celle de son compatriote Grondin.

Alix Pothin enseigne l’art du papier mâché à quelques élèves en visite au LAC.

 

HERVE TELEMAQUE

Résidences au LAC en 1996 et 1999

Hervé Télémaque a été présenté à Vincent par Jacques Poli. Le hasard du calendriera fait de lui le représentant de tous les artistes du P7P lors de son inauguration officielle le 11 décembre 1999 en présence du préfet Monsieur Jean Daubigny et de nombreuses personnalités de La Réunion.

Vincent Mengin-Lecreulx pensait arrêter les résidences d’artistes en terminant son projet monumental du Palais aux 7 Portes. Finalement il poursuivra encore pendant 15 ans avant de se consacrer uniquement à son travail personnel, à l’âge de 67 ans.

Hervé Télémaque peint la toile qu’il va coller ensuite sur sa porte du P7P.

 

FRANCOIS BARRÉ

Résidences au LAC en 1989 et 2010

François Barré a été président du Centre Pompidou, délégué aux Arts plastiques, directeur de l’Architecture et du Patrimoine et président des Rencontres internationales de la photographie d’Arles. C’est Michel Troche, convaincu de l’importance du travail des Mengin, qui conduira François Barré au LAC pour la première fois en 1989.

Il reviendra en 2010 pour écrire un livre de 240 pages sur l’histoire du LAC : « L’île au trésor ou la saga des Mengin. Edition Jannink distribué par les Presse du réel de Dijon.

François Barré et Vincent Mengin-Lecreulx sur le banc de montage du LAC.

 

JEAN-PIERRE MOCKY

Résidence fictive

C’est à Paris, en passant devant le cinéma de Jean-Pierre Mocky le Brady, que Vincent Mengin-Lecreulx eu l’idée d’inviter le cinéaste à La Réunion. Malheureusement Mocky ne prend jamais l’avion ce que ne l’a pas empêché d’accepter que Mengin réalise un film rétrospectif sur tout son parcours filmographique. Un monologue de plus d’une heure du cinéaste le plus marginalisé de sa génération. Cette collaboration a été l’occasion d’ouvrir le LAC à un autre cinéaste engagé, Yves Boisset.

 

L’affiche du film de Vincent Mengin-Lecreulx sur Jean-Pierre Mocky montré dans son cinéma parisien « La Brady ».

 

YVES BOISSET

Résidence au LAC en 2009

Dans le même dispositif filmique que toutes ses interview, Vincent Mengin-Lecreulx laisse tourner sa caméra sans aucune intervention afin de ne pas interrompre le monologue de son sujet. Parfois, il quitte le studio pour laisser son invité seul face caméra. La durée des films est variable selon chacun. Pour Yves Boisset, c’est 90 minutes d’exposé sans interruption.

Le cinéaste est venu à La Réunion présenter le film de VML, « Yves Boisset, le catcheur fou du cinéma français ».

Yves Boisset dans le jardin du LAC.

 

FREDERIC MITTERRAND

En visite au LAC en 2011

Le Ministre de la Culture est venu en personne se rendre compte de l’importance du lieu.
Il en a fait l’éloge dans son dernier livre « Le désir et la chance ».

Vincent Mengin-Lecreulx ouvre les portes du LAC au Ministre de la Culture Frédéric Mitterrand qui découvre un univers unique et inattendu à La Réunion.

 

PHILIPPE BRUNELLA

Résidence au LAC en 2012

Philippe Brunella, conservateur en chef du Musée de la Cour d’Or de Metz, a invité Vincent Mengin-Lecreulx à réaliser une œuvre monumentale au Musée, à partir de l’énorme collection d’animaux naturalisés qui a été donnée à la ville de Metz par un prince allemand et qui n’a jamais été dévoilée au public.

« Et vogue la galère ou les animaux médusés » a eu un tel succès que l’exposition a été prolongée d’un an et les 2 hommes sont devenu amis.

Philippe Brunella dans le paysage pneumatique de Vincent Mengin-Lecreulx

 

MICHEL ROCARD

En visite au LAC en 2015

Michel Rocard, de passage à La Réunion, a tenu à visiter le LAC dont il avait entendu beaucoup parler. Émerveillé par le lieu mais un peu fatigué par le voyage, il a demandé à faire une petite sieste dans la résidence d’artistes.
À son réveil il a déclaré avec conviction et humour : « J’ai bien roupillé ! ».

Un concours de bras croisés est lancé entre Michel et Vincent, 2 enfants se vantant d’être âgés respectivement de 8 ans et demi pour l’un et de 7 ans pour l’autre.

 

JOËL HUBAUT

Résidences au LAC en 2010 et 2013

Les affinités entre Joël Hubaut et Vincent Mengin-Lecreulx ont été si évidentes qu’ils ont réalisé ensemble des projets communs photographiques et cinématographiques.

Joël Hubaut en route pour de nouvelles aventures tropicales.

 

JEAN-LOUIS PRADEL

Résidence d’artiste en 1991

Un grand déficit d’information sur le lieu a incité à l’époque Vincent Mengin-Lecreulx a inviter un critique d’art et journaliste. Jean-Louis Pradel écrivait à l’époque dans « L’événement du Jeudi ».

Jean-Louis Pradel assiste à la première projection parisienne au cinéma « L’Accatone » du film surréaliste de Vincent Mengin-Lecreulx : « La fiancée de Jérôme Bosch ».

  

 

CLAUDINE PAPILLON

Résidence au LAC en 1995

Elle dirige la galerie de Erik Dietman et c’était aussi son épouse.

Vincent Mengin-Lecreulx a invité Claudine Papillon à visiter quelques ateliers d’artistes réunionnais.

 

NOBUKO WATANABE

Résidences au LAC en 2002 et 2011

Invitée en tant que graveur et c’est aussi l’épouse de Mark Brusse.

Nobuko Watanabée imprime dans l’atelier du LAC des gravures de collégiens.

 

JEAU-CLAUDE MILLET

Résidences au LAC en 2000, 2001, 2002, 2003, 2004 et 2005

Un ami des année 68 de Vincent Mengin-Lecreulx. Il a été de nombreuses fois invité en résidence au LAC pour ses talent d’ingénieur de son. C’est lui qui a incité Vincent à réaliser ses premières vidéos après l’avoir sommairement formé à l’informatique.

Un virage très important pour VML dont les toutes premières activités artistiques étaient tournées vers le cinéma.

Jean-Claude Millet prend le son sur un tournage de VML à l’ancienne usine sucrière de Grand Bois, aujourd’hui complétement disparue sous un lotissement.

 

MARIE LAPALUS

Résidences au LAC en 2003 et 2010

Conservatrice des Musées de Mâcon, elle invite Vincent Mengin-Lecreulx à présenter et exposer une maquette à l’échelle 1 du Palais aux 7portes.

Marie Lapallus est venu à La Réunion pour découvrir le vrai Palais aux 7 Portes.

 

GASPARD R

Résidence au LAC en 2005

Artiste rencontré à Mâcon, il sera invité en résidence au Lac pour y lancer un atelier de céramique.

Gaspard R réalise une imposante sculpture sur bois dans le jardin du LAC.

 

GABRIEL SOUCHEYRE

Résidences au LAC en 2005, 2006 et 2007

Directeur du festival « Vidéoforme », de Clermont Ferrand Gabriel Soucheyre est invité pour lancer des rencontres autour de l’art vidéo à La Réunion.

Gabriel Soucheyre au LAC.

 

PHILIPPE PIGUET

Résidence au LAC en 2005

A nouveau un critique d’art invité par Vincent Mengin-Lecreulx qui réalisera son portrait vidéo à travers un film de 26 mn ; « L’avis (vie) critique ».

Philippe Piguet découvre avec grand intérêt l’intérieur de la Case Mille Masques.

 

ROSÂNGELA RENNÖ

Résidence au LAC en 2006

Une artiste vidéaste brésilienne invitée à travailler sur la langue créole à travers des proverbes réunionnais.

Rosângéla Rennö étudie les proverbes réunionnais pour son projet vidéo :  « Brèd e(k/t) chocolat ».

 

DIMITRI TSYKALOV

Résidence au LAC en 2007

Un artiste d’origine russe qui sculpte avec de la viande…

Dimitri Tsykalov aidé par Roselyne pour fixer le masque de mickey en viande fraîche cousue sur le carton.

 

TRINY PRADA

Résidence au LAC en 2007

Une artiste vidéaste colombienne invité au LAC pour un projet autour de l’écologie.

Triny Prada film un champ de vanille à Saint-Philippe.

 

SANDRINE JOUSSEAUME

Résidence au LAC en 2008

Une photographe plasticienne et enseignante arrive à La Réunion pour réaliser un travail sur la famille Desbassyn et sur l’usine sucrière du Gol.

Sandrine Jousseaume a un objectif : prendre des photos.

 

DANIEL DUVAL

Résidence au LAC en 2008

Un acteur inviter à faire des rencontres avec des comédiens réunionnais.

Daniel Duval au LAC avec sa petite copine canine.

 

BERNARD MENEZ

Résidences au LAC en 2009, 2010 et 2011

L’acteur est venu dans un premier temps pour représenter Mocky qui ne prend jamais l’avion, puis pour un projet avec l’école en étroite collaboration avec Roselyne et Vincent Mengin qui a donné naissance à un petit livre : « Qui a eu cette idée folle ».

Bernard Menez déclamant le texte de « Qui a eu cette idée folle » dans la Chapelle Mengin.

 

ANABELLE HULAUT

Résidence au LAC en 2009

Artiste vidéaste avec un projet : « Les Z’afair ».

Anabelle Hulaut au marché à La Réunion.

 

EMMANUELLE AUSSEDAT

Résidence au LAC en 2009

Artiste et lithographe, elle remet la presse à bras du LAC en état et dirige avec Roselyne et Vincent Mengin un atelier de lithographie avec des élèves de CM2.

Emmanuelle imprime les lithographies réalisées sur pierre par de jeunes élèves sur la presse à bras du LAC.

 

JONONE

Résidence au LAC en 2010

Artiste grapheur américain devenu très célèbre depuis son passage à La Réunion.
Il a peint une fresque longue de 130 mètres sur l’un des murs de clôture du jardin de sculptures du LAC.

JonOne au travail sous l’œil amical de Vincent Mengin-Lecreulx.

 

LAURENT MULOT

Résidence au LAC en 2010

Il est venu pour initier une correspondance entre des collégiens réunionnais et les résidents des Kerguelen. C’était aussi la première collaboration entre les TAAF et le LAC.

Laurent Mulot à la plage de sable blanc de Grande Anse.

 

JACKIE BERROYER

Résidence au LAC en 2010

Il a écrit un petit conte absurde joué par des élèves de CM1 et réalisé par Vincent Mengin-Lecreulx : « Espèce de conte ».

Jackie Berroyer dissimulé dans les bougainvilliers du jardin du LAC.

 

OLGA LUNA

Résidence au LAC en 2010

Elle a emplâtré des dizaines d’élèves sans oublier le couple Mengin.

Roselyne Mengin-Lecreulx accompagne Olga Luna dans sa découverte de l’île.

 

MARIA-THEREZA ALVES

Résidence au LAC en 2011

Encore une artiste vidéaste brésilienne.

Maria-Théreza Alves filme les arbres.

 

LYDIE JEAN-DIT-PANEL

Résidence au LAC en 2012 et 2014

Lydie est venue à La Réunion pour se faire tatouer un nouveau papillon sur le corps, faire des photos et des vidéos.

Pose cigarette pour Lydie Jean-Dit- Panel au bord du Cap Méchant.

 

SYLVIE BONNOT

Résidence au LAC en 2012

Photos des vidéos.

Sylvie Bonnot au Cap Méchant.

 

JACQUES HALBERT

Résidence au LAC en 2012

Une performance alimentaire.

Jacques Halbert peint des noix de coco en bleu.

 

VALERIE RUIZ

Résidence au LAC en 2013

Un projet avec des élèves la tête dans le sceau.

Valérie Ruiz fabrique un confessionnal pour écouter les confidences des élèves.

 

THOMAS LANFRANCHI

Résidence d’artiste en 2014

Toujours rien, le projet de faire voler un sac plastique comme un cerf volant.

Thomas Lanfranchi évalue la force du vent au large de Saint-Pierre.

 

LEA LEBRICOMTE

Résidence d’artiste en 2015

Photos et vidéo au programme, elle accompagnait aussi la résidence de Joël Hubaut.

Léa Lebricomte fabrique une croix avec des douilles récupérées chez un marchand d’armes à feu.

 

MARYSE JEANGUYOT

Résidence d’artiste en 2015

Directrice du Centre d’art contemporain « Faux Mouvement ».

Maryse Jeanguyot sur le banc de montage de Vincent Mengin-Lecreulx.

 

PATRICK NARDIN

Résidence d’artiste en 2015

Une résidence tournée vers la réalisation artisanale de films d’animation : « Godzilla à La Réunion ».

Vincent Mengin-Lecreulx filme avec Patrick Nardin les décors de leur film « Godzzila à La Réunion ».

 

CELINE CONSTANT

Résidence d’artiste en 2015

Quelques vidéos autour d’une corde à nœud japonaise.

Céline Constant réalise une performance avec une corde au bord du LAC filmée par Vincent Mengin-Lecreulx. Elle avait déjà joué le rôle de la dulcinée dans le film de VML :  « La fiancée de Jérôme Bosch », Jérôme Bosch étant joué par Aurélia Mengin.

 

MARIE REINERT

Résidence d’artiste en 2015

Artiste vidéaste qui a filmé La Réunion en caméra thermique.

La température étant alarmante, Vincent Mengin-Lecreulx a décidé d’arrêter les résidences d’artistes pour se consacrer uniquement à son travail.

Marie Reinert lors de la restitution de sa résidence au LAC, en conversation avec Vincent Mengin-Lecreulx et Olivier Lerch, conseiller artistique à la DRAC Réunion.

 

VINCENT MENGIN-LECREULX

Résidence permanente

Voilà, cette fois les résidences d’artistes sont terminées. Les responsables du LAC ne s’interdisent pas cependant d’inviter à l’avenir des intellectuels, écrivains, critiques, mécènes ou autres à séjourner et travailler sur place.

Mais désormais, Vincent Mengin-Lecreulx reste le seul et le dernier artiste à investir son propre lieu qu’il a construit depuis plus de 40 ans…
Par contre, il maintient avec plaisir la passerrelle avec l’école qui lui semble toujours prioritaire.
Il rappelle que comme l’affirme Eddy Mitchell dans une chanson célèbre:
« S’il n’en reste qu’un, je serai celui là, je serai celui là, ha ha ha… »

Vincent Mengin-Lecreulx est aujourd’hui le seul artiste à béficier du pré haut atelier du P7P. On le voit ici travailler la résine sur le cerf du Radeau-Ring.