Skip to content Skip to footer

L’atelier de la Résidence en façade

L’ambitieux projet d’inviter des artistes en résidence nécessitait d’agrémenter la construction du bâtiment consacré à l’accueil des invités de nombreux ateliers afin qu’ils puissent réaliser leurs projets sans restriction. C’est pour cette raison que Vincent Mengin-Lecreulx a conçu et fabriqué plusieurs ateliers. L’atelier en façade de la résidence se trouve dans l’intimité des résidents.

L’atelier le plus proche de l’appartement des artistes avec vu sur l’Océan Indien. On y fait surtout de la peinture et du dessin.
Jacques Poli travaille sur le projet de céramique du sol de sa pièce du Palais aux 7 Portes.
Jean-Louis Vila invite des collégiens de la Ravine des Cabris à découvrir ses dernières peintures.
Dugain et Grondin ont partagé l’atelier pour réaliser leur toile commune.
Patrick Nardin peint 24 images par secondes dans l ‘atelier de LAC.
Olga Luna a pris l’empreinte en plâtre du visage de VML qui semble se reconnaître.

 

L’atelier de la résidence en fond de bâtiment

Cet atelier au fond de l’appartement des artistes invités présente l’avantage d’être très haut de plafond et permet donc de réaliser des projets ambitieux et de grand format.

Tsykalov fabrique son cadavre de Batman avec des végétaux trouvés dans le jardin du LAC.

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Mengin-Lecreulx y a réalisé la maquette à l’échelle 1 du Palais aux 7 Portes en structure métallique démontable et reproductions des pièces et des portes sur bâches, en taille réelle.

Ici on voit François Barré et son épouse en visite au LAC pour écrire son gros livre :

« L’île au trésor ou la saga des Mengin ».

 

Joël Hubaut réalise une grande peinture sous les yeux d’Olivier Lech, conseiller à la DRAC Réunion et de Vincent.
Christian Jaccard signe dans cet atelier les combustions sur plaques de zinc lithographique qu’il a réalisé en plein air, dans le jardin du LAC.
François Martin y a dessiné et peint de nombreuses œuvres tout en s’amusant beaucoup avec son complice Vincent.

 

 

 

 

 

 

 

 

Bernard Rancillac peut prendre de la hauteur pour observer l’œuvre importante qu’il réalise pour investir sa pièce du P7P :

« Naissance de Vénus au large de La Réunion ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu la hauteur de plafond de l’atelier, Vincent Mengin-Lecreulx peut monter un échafaudage pour filmer Jean-Louis Vila qui réalise son œuvre :

» Troisième campagne ».

 

 

 

 

Les ateliers du P7P

Lors de la construction du Palais aux 7 Portes, son concepteur et bâtisseur, Vincent Mengin-Lecreulx, a voulu y intégrer à l’étage une structure réservée aux scolaires mais utilisable néanmoins par les artistes en résidence. C’est ainsi qu’il a construit une salle de classe, un studio de prise de vue avec fond bleu, une salle d’exposition et un vaste pré haut servant l’atelier couvert mais très aérée. Cet atelier est pour VML très important car il permet aux élèves en visite au LAC de rencontrer les artistes en pleine création tout en pouvant occasionnellement participer aux projets en cours.

Vincent Mengin-Lecreulx est aujourd’hui le seul artiste à bénéficier du pré haut atelier du P7P, mais préoccupé par la transmission du Palais aux 7 Portes à l’institution, VML construit en 2021 son ultime atelier en prolongement de sa maison d’habitation. À présent, il travaille désormais principalement dans cet espace.

Errô, l’un des premiers artistes a utiliser cet atelier a rencontré une multitude d’élèves. Ici on le voit réaliser son œuvre monumentale : « La crucifixion du peintre ».
JonOne réalise en atelier sa signature de grapheur en relief en en grande dimension sous l’œil amusé d’Aurélia Mengin.
Willem peint ses 40 langues de bois de sa pièce du Palais aux 7 Portes : « Aucune langue n’est étrangère » devant des collégiens en visite au LAC.
Hervé Di Rosa peint ses personnages en métal que Vincent Mengin-Lecreulx a découpé avec les élèves du lycée professionnel Boisjoly Potier.
Vincent en prise avec l’un des animaux les plus dangereux du Radeau-Ring : le tigre.
Roselyne Mengin-Lecreulx peint la sculpture de Jean-Louis Vila en respectant scrupuleusement les indications de ce dernier.

 

L’atelier de lithographies, gravures et céramiques

On doit rappeler ici que Vincent Mengin-Lecreulx gagnait sa vie à Paris en tant que chromiste lithographe avant de venir s’installer à La Réunion avec femme et enfant. Il a fait venir une presse lithographique et a construit un atelier pour l’utiliser.
Il a pu ainsi éditer de nombreuses estampes en mettant cette possibilité à disposition des artistes en résidence au LAC.

Nobuko Watabé, artiste japonaise, imprime des gravures réalisées par des collégiens lors de projets initiés par le LAC.
Jan Voss, surveille l’encrage de sa gravure sur bois dans l’atelier de lithographie du LAC. VML a ouvert les portes d’une imprimerie de litho parisienne à un jeune réunionnais, Guibert Bélizaire, qui a pu ainsi bénéficier d’une formation dans ce domaine.

 

Un plateau de prise de vue

Les premières activités artistiques de VML lorsqu’il était adolescent étaient tournées vers le cinéma. Il a volontairement construit le LAC comme un genre de décors surréaliste qu’il filme obsessionnellement depuis déjà 20 ans. Il a donc conçu et fabriqué ce plateau de prise de vue exclusivement consacré aux truquages d’incrustations d’images.

Vincent fait répéter l’acteur Daniel Duval avant de tourner une séquence dans son plateau équipé d’un mur bleu pour réaliser les incrustations qu’il affectionne.

 

L’atelier de montage vidéo

Depuis 1999, Vincent Mengin-Lecreulx s’est lancé dans une très grande activité autour de la vidéo. Il filme absolument tout ce qui se passe au LAC depuis 22ans, constituant ainsi une filmographie monumentale de plus de 3 500 films à ce jour, allant du court-métrage de 2 minutes au long métrage de 2 heures. Les archives filmées de VML constituent un véritable trésor laissé à l’histoire de l’art de La Réunion.

Vincent Mengin-Lecreulx monte un film sous le regard intéressé de Bernard Menez.

 

Le jardin du LAC est aussi un atelier pour beaucoup d’artistes.

Roselyne et Vincent Mengin-Lecreulx ont réalisé un merveilleux jardin en partant d’un simple champ de cannes à sucre sans aucun arbre. Ils ont patiemment planté et arrosé quantité de plantes tropicale au cours des années.

Très vite ils ont associé les œuvres d’art en favorisant leurs implantations.

Nils-Udo initie un atelier de Land art avec des élèves de la Ravine des Cabris venus en visite au LAC.

 

L’ultime atelier de VML